Marchons, marchons…

Initiée par le MNCP (Mouvement National des Chômeurs et Précaires) avec le soutien notamment, d’AC !, de l’APEIS, du DAL, la Marche des chômeurs et précaires a débuté le 10 juin dernier à La Réunion par une traversée de l’île, du sud (Saint-Joseph) au nord (Saint-Denis). Elle doit s’achever à Paris le 6 juillet prochain.
Que cette marche nationale soit ainsi initiée dans un département d’Outre-Mer vaut symbole quand on sait combien, plus encore que la métropole (et ce n’est pas peu dire !), ceux-ci sont durement touchés par le chômage.
Que cette marche, qui est loin d’être la première, trouve si peu d’écho dans les médias et, surtout, parmi les chômeurs eux-mêmes ne doit pas la réduire à un simple épiphénomène. Elle rayonne d’ailleurs un peu partout en métropole où elle se poursuit depuis le 17 juin, un site dédié permet de suivre toutes ses étapes.

LOGO_MARCHE-petit

@Visiter :
La marche des chômeurs

Leave a Comment

Qualité de vie au travail, dixième !

La semaine prochaine, du 10 au 14 juin, le réseau ANACT organise la dixième semaine de la qualité de vie au travail.
Elle “a pour objectif de mobiliser les DRH, consultants, managers, médecins du travail, chargés de prévention, partenaires sociaux, institutionnels… et tous les salariés désireux de s’informer, témoigner et agir pour améliorer les conditions de travail.”
De nombreux événements jalonneront la semaine dont le colloque Travail, dialogue social et engagement (tout un programme !) qui se teindra le 11 juin à Paris.

@Découvrir :
10ème semaine pour la qualité de vie au travail

Leave a Comment

Nul n’est inemployable, même en 2013 !?

Tel est l’intitulé du festival Vidéos solidaires qui se tiendra, le vendredi 27 septembre 2013 de 13 heures à 18 heures, à l’auditorium du bâtiment Copernic, au sein de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée à Champs-sur-Marne.
La chaire d’économie sociale et solidaire de l’université et ses partenaires (parmi lesquels le Conseil général de Seine et Marne et l’Atelier, centre de ressources régional en économie sociale et solidaire d’Ile de France) lancent à l’occasion de ce festival un appel à courts-métrages.

“Le festival veut par l’image bousculer les représentations spontanées qui sont véhiculées à propos de l’insertion : stigmatisation de la pauvreté, des chômeurs et exclus comme un monde de bras cassés. Il souhaite valoriser les innovations, les métiers et les réponses concrètes que ce secteur apporte pour une Economie Sociale et Solidaire.”

Il s’agit de présenter un film, au format “DVD”, d’une durée maximum de 10 minutes, portant sur l’insertion par l’activité économique sachant que la date limite pour envoyer vos films est le 21 juin 2013 et, compte tenu de ce délai très court, “il n’est pas demandé que les films soient réalisés spécifiquement pour le festival”, toutefois les vidéos présentées doivent être libres de droit.
Les films primés seront promus et valorisés au sein du réseau de l’économie sociale et solidaire et recevront un prix de 500 euros.

A vos cassettes !

@Connaître :
Le détail de l’appel à courts-métrages

Comments (2)

A l’heure de la pause

La réputation du mois de mai n’est plus à faire en France : les ponts s’enchaînent et les entreprises tournent au ralenti ; au-delà du raccourci facile qui sert bien trop souvent à caricaturer un travail qui coûte cher et des salariés assis sur les avantages acquis, on pourrait rappeler l’excellente productivité du travail en France, on peut également en revenir au plus concret, au plus près du travail et du salarié.
C’est ce qu’a fait le réalisateur Stéphane Le Gall-Viliker qui est parti à la rencontre des employés, « A l’heure de la pause ».
Ce qu’il nous donne à voir dans le webdocumentaire qu’il en a tiré ne laisse pas de place au doute ou aux a priori, c’est juste une évidence qui s’impose.
En plus du film, je vous propose également d’écouter le réalisateur qui parle de son travail à Philippe Duport lors de l’émission qu’anime celui-ci sur France Info, “C’est mon boulot”.

@Voir :
A l’heure de la pause
@Ecouter :
C’est mon boulot, émission du 18 avril 2013
Merci @PhilippeDuport

Comments (1)

Seconde chance

Ma Seconde Chance

Conçu et réalisé par l’Onisep (Office national d’information sur les enseignements et les professions) en lien avec la DGESCO (Direction générale de l’enseignement scolaire du ministère de l’éducation nationale), le site Ma seconde chance tente d’apporter des réponses aux jeunes qui font le désespoir de leurs parents et de l’éducation nationale, les décrocheurs. Avant de céder définitivement aux faciles raccourcis des expressions toutes faites et de renoncer à devenir le fils ou la fille prodigue dont chaque parent serait fier, collégiens et lycéens peuvent plus raisonnablement chercher à saisir l’opportunité de reprendre un parcours de formation, d’insertion, tout bêtement de remettre le pied à l’étrier.

Ma seconde chance offre, par simple géolocalisation, la possibilité de trouver une formation, des pistes entrer en relation avec les personnels des lieux d’accueil et d’information (Centre d’information et d’orientation, Mission locale, etc.). Il propose, c’est précieux, la possibilité de dialoguer en ligne avec un conseiller – du lundi au vendredi entre 10 heures et 20 heures – sur simple connexion, anonyme, à l’interface de tchat.
Au-delà de ces services, le site propose des informations (sur le service civique par exemple) et des conseils, notamment à destination des parents, par le biais de questions/réponses simples et pratiques.

Je regretterai juste une allusion à double tranchant dans le choix de l’expression seconde chance qui sous-entend qu’il n’y en aura pas d’autre ; il s’agit d’abord d’une deuxième chance qui n’hypothéquera pas une éventuelle troisième voire quatrième chance !

@Connaître :
Ma seconde chance

Comments (2)