Le stress de l’incompétence

StressAu cours de ma lecture quotidienne de l’actualité, deux informations distinctes se sont brutalement télescopées dans mon esprit, établissant une sorte de court-circuit, de rapport de cause à effet, qu’il me faut vous exposer pour tenter de l’expliquer, de vérifier s’il est “tiré par les cheveux” ou s’il a une quelconque pertinence .

D’abord, un sondage réalisé par Opinion Way, nous apprend deux choses sur les cadres et la perception qu’ils ont de leur travail.

  • 46% des cadres interrogés confient que leurs responsabilités dépassent, à leur avis, leur niveau de compétence ;
  • 64% de ces mêmes cadres pensent qu’ils ne sont pas en mesure d’assurer le contrôle qui leur est délégué sur leurs collaborateurs.

Dans le même temps, et nous sortons là du cadre de l’anecdote “sondagière”, une étude du réseau Samotrace (Santé mentale observatoire travail), un réseau de médecins du travail, sur la souffrance au travail paraît dans la revue Santé et stratégies de ce mois de janvier.

Elle nous apprend que la souffrance au travail touche tous les milieux professionnels et qu’elle frappe davantage les femmes que les hommes ; elle nous apprend également que cette souffrance fait, notamment, suite à des humiliations ou des menaces (16% des femmes et 11,6% des hommes) ou à des violences physiques (5% des femmes, 3,2% des hommes) !

Je ne sais pas s’il y a lieu d’établir, au-delà de la simple contingence d’actualité, un lien entre ces deux informations ; après tout on pourrait également citer l’actualité récente sur les suicides sur le lieu de travail ou sur la montée du harcèlement moral. Mais il ne fait pas de doute qu’il y a un malaise grandissant dans le monde du travail et qu’il réside, pour une part non négligeable, dans une rupture profonde entre les cols blancs et les cols bleus que les directions, secteurs public et privé confondus, sont impuissantes à gérer sans doute parce qu’elles l’ont, en toute conscience, laissée s’installer.

Bookmark and Share

Leave a Comment