Archive for February, 2010

Zijob, un site d’offres d’emplois bien né

Un nouveau site emploi, un job-board pour reprendre l’expression consacrée, vient de voir le jour.

Ouvert depuis mardi, Zijob est une nouvelle opportunité pour tous les chercheurs d’emplois. Il offre une page d’accueil très simple, agréable et est d’utilisation aisée : pas d’inscription, si vous êtes candidat il vous suffit en effet d’indiquer une adresse électronique valide.
Une recherche par mot-clé, par type et catégorie d’emploi, un accès par région et par secteur d’activité, tous les outils habituels sont là, accessibles, fonctionnels.
Vous pouvez déposer un CV par le biais d’un formulaire là encore très simple et pratique et, lorsque vous souhaitez poser votre candidature, il suffit de sélectionner l’offre qui vous intéresse et d’y postuler, vous recevrez un courriel de validation depuis lequel vous pouvez suivre votre candidature et, plus largement, toutes les candidatures que vous avez déposées.

De ce point de vue, Zijob est un job-board de plus, aux fonctionnalités courantes, il n’offre pas de nouveauté marquante ; en revanche du point de vue des recruteurs, Zijob pourrait bien représenter une vraie petite révolution avec son offre de dépôt d’annonces à partir de 1 euro. A ce propos il est inutile de redire ici ce que d’autres ont déjà très bien expliqué et je vous renvoie pour en savoir davantage vers l’article de Jacques Froissant.

@Lire :
Le billet de Jacques Froissant, sur Altaïde.
Quelques euros pour publier une annonce d’emploi en ligne : révolution du marché de l’emploi sur Internet avec Zijob

Leave a Comment

Lettre de candidature, CV : chassez les fautes !

Orthographe, grammaire, conjugaison, style forment un quatuor infernal craint par tous les chercheurs d’emploi. Et je ne parle même pas de la syntaxe !
Outre la coquille, redoutée et redoutable, qui hante nos nuits, chaque difficulté du français – et, diantre !, il y en a quantité – peut faire naître bien des questions aux réponses incertaines.
Le complément était placé avant… après…, ai-je accordé ?
Pour calmer vos terreurs, et surtout pour vous entraîner afin de ne plus commettre l’irréparable, voici une sélection de sites et d’outils extrêmement utiles et, je l’espère, ni rébarbatifs ni impénétrables.

Un petit rappel avant cela, il faut savoir vous en remettre aux incontournables qui vous accompagnèrent, bon gré mal gré, pendant votre scolarité : dictionnaire et, surtout, manuel de grammaire et de conjugaison (ce bon vieux Bescherelle ou l’imposant Grévisse).
Las ! Vous n’allez pas devenir en un tournemain un champion digne des dictées de Bernard Pivot et consorts… Alors que faire pour jongler habilement avec quoique ou quoi que sans commettre de couac ? Quoi qu’il en soit (et hop !), de grâce, laissez de côté le correcteur intégré à votre traitement texte, il n’est bon qu’à vous faire douter, souvent à tort… quoique (et re-hop!), de vos capacités.

Le dictionnaire du site l’internaute est un bon complément aux outils traditionnels déjà cités. Pour les mieux équipés, il propose même une version “i phone” pour “seulement” 0,79 euros.
Dans le même genre, Orthonet, le site du conseil international de la langue française, propose un ensemble d’outils très complet qui vous aideront à ne pas commettre d’impair. Et si vous ne trouvez pas l’information recherchée il est même possible de poser une question pour obtenir un conseil personnalisé.

@Visiter :
Linternaute, dictionnaire de la langue française
La version iphone du dictionnaire
Orthonet

Il y a encore mieux, à condition, il faut le concéder, d’aller chercher Outre-Atlantique ; un comble quand même !
Le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) propose une série d’exercices en ligne afin de vous aider à parfaire votre orthographe et, plus largement, votre expression écrite.
Le détecteur de fautes porte sur cinq grands thèmes : l’orthographe d’usage, l’orthographe grammaticale, la ponctuation, le vocabulaire et la syntaxe. Pour chaque thème, de brefs textes de difficulté croissante présentent des erreurs que vous devez corriger. C’est instructif, pas toujours simple et plutôt amusant. Les erreurs sont détaillées et clairement expliquées, une aide est disponible si vous séchez, bref un outil très didactique vraiment bien fait.

@Dévorer :
CCDMD, amélioration du français

La Banque de dépannage linguistique, site officiel du gouvernement du Québec animé par l’office québécois de la langue française, est une mine inépuisable qui répondra à toutes les exigences. En effet, il propose dans une pédagogie claire une explication des règles les plus complexes, utilisation du subjonctif ou accord des participes passés des verbes pronominaux par exemple. Vous êtes sceptique, persuadé de rester hermétique comme vous l’avez été toute votre scolarité, je vous propose de gouter à cette friandise de couacs dont je vous parlais plus haut.

@Déguster :
Banque de dépannage linguistique

Pour terminer en beauté, en guise de récompense si vous préférez, je vous propose une petite dictée. Non, ne me remerciez pas, c’est un plaisir.
Je vous ai menti, en réalité il y en a près de 800, de dictées, de tous les niveaux et pour tous les goûts si l’on peut parler ainsi.

@Écouter :
Tous les balados de ladictee.fr

Sans mentir maintenant, quelques vrais cadeaux sont disponibles sur la toile.
D’abord, vous pouvez vous repaître des douceurs linguistiques de Bernard Cerquiglini qui anime avec verve l’émission Merci Professeur ! sur TV5.
Ensuite, il faut découvrir les mots-valises c’est-à-dire ces mots constitués par l’amalgame de la partie initiale d’un mot et de la partie finale d’un autre, le plus connu étant sans doute “franglais”. Bien sûr, il en existe de beaucoup plus savoureux que vous pourrez vous amusez à essayer de découvrir à travers leur définition. Et, qui sait ?, l’envie vous viendra peut-être d’en inventer.
Un exemple ? Quel est le mot-valise qui correspond à cette définition : “D’une laideur qui, paradoxalement, attise le désir sexuel.” ?
Vous séchez ? Précipitez-vous sur le site de l’inénarrable Alain Créhange !

@Savourer :
Merci professeur !
Alain Créhange, les mots valises

Vous avez vraiment cru que je vous laisserais sans réponse ? Vous n’êtes guère magnanimes !
Le mot-valise en question est “affreudisiaque”.

Comments (4)

Strasbourg-Paris, deux salons pour les seniors

L’emploi des seniors est une priorité du gouvernement, ainsi que nous avions déjà eu l’occasion de l’écrire dans un billet publié fin 2009 : “Emploi des seniors : du nouveau en 2010″, même si ce genre priorité ne résiste pas toujours aux impondérables économiques ou politiques.

Si travailler à 50 ans est déjà difficile au point qu’il faille des mesures pour encourager et même contraindre les entreprises à conserver ces salariés, travailler à 60 relève encore de la gageure ainsi que l’illustre cet article paru sur e24.fr, Retraites: travailler à plus de 60 ans, est-ce possible?

L’emploi est surtout la priorité des seniors qui n’en ont plus !
Dans ce contexte, rencontrer des recruteurs, des entrepreneurs mobilisés sur la question ou simplement intéressés par l’embauche de salariés, quel que soit leur âge, est un moment précieux qui peut dynamiser une recherche d’emploi souvent longue et ardue.
Une série de salons dédiés à l’emploi des seniors se tiendra en 2010, le premier ayant lieu le 25 février au Palais des congrès de Strasbourg.
Des conférences pour débattre, notamment, “des solutions envisagées par les différents acteurs économiques, sociaux, universitaires ou politiques”.
Des ateliers dont, malheureusement, le détail ne m’est pas encore connu.
Des exposants, nombreux, seront disponibles sur le salon pour des rencontres impromptues et des entretiens.

Strasbourg :
25 février 2010 de 9h à 18h, accès libre et gratuit
Palais de la Musique et des Congrès, entrée ERASME
Place de Bordeaux
67082 STRASBOURG CEDEX
Programme des conférences
Les exposants
Paris :
13 avril de 9h à 19h et 14 avril de 9h à 17h30
Cité des Sciences et de l’Industrie, espace Condorcet
Métro : ligne 7, station Porte de la Villette.
Bus : 75, 139, 150, 152, 249, PC.
Parc auto payant : entrée quai de la Charente.

Cerise sur le gâteau, un troisième rendez-vous est programmé à Toulouse mais à l’automne, nous aurons le temps d’en reparler.

@Consulter :
Emploi des seniors, premier salon fédérateur de l’emploi des seniors

Comments (1)

Ça s’est passé cette semaine (15 au 21 février)

C’est partiel, et même un peu partial, c’est l’actualité emploi de la semaine écoulée, sixième édition.

Santé au travail
C’est sans aucun doute le grand sujet de la semaine même si, au final, les événements s’apparentent à une tempête dans un verre d’eau.
D’abord un rapport remis au premier ministre, François Fillon, nous apprend que les dirigeants sont responsables du stress des salariés. Ah bon !? Ce ne sont pas les battements d’ailes des papillons australiens ?
Plus sérieusement, “Intitulé “Bien-être et efficacité au travail”, le document (…) est le fruit de trois mois de travail, au cours desquels une quarantaine d’auditions ont été menées. Il est signé Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric, Christian Larose, vice-président du Conseil économique, social et environnemental, et Muriel Pénicaud, directrice des ressources humaines de Danone” précise Capital.fr et, s’il semble enfoncer une porte ouverte, il rappelle surtout une évidence qu’il faudra bien admettre : la santé au travail n’est pas l’apanage de la médecine du travail mais d’abord un problème de management.
Parmi les dix propositions des auteurs du rapport on peut précisément retenir la rémunération variable des dirigeants en fonction des performances sociales de l’entreprise (et non plus des seules performances économiques) tout en ayant bien à l’esprit que ce type de proposition a toutes les chances de rester lettre morte, même si le premier ministre a semblé retenir l’idée et s’est engagé à ce que le Conseil d’orientation sur les conditions de travail étudie et débatte de ce rapport afin de contribuer au plan santé travail 2010-2014, qui doit être adopté en mars.

@Lire :
Le stress au travail relève du management, selon un rapport sur Capital.fr
Bien-être et efficacité au travail – 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail - de Henri Lachmann, Christian Larose, Muriel Pénicaud, Marguerite Moleux, La documentation française, Paris, février 2010 (à télécharger au format pdf)

Ensuite, en fait presque dans le même temps, Xavier Darcos, le ministre du travail chargé précisément de la mise en œuvre du plan santé au travail 2010-2014, a publié sur le site officiel consacré à la santé et la sécurité au travail la liste rouge des entreprises de 1000 salariés et plus qui n’avaient pas ouvert de négociations ou engagé un diagnostic et/ou un plan d’action au 1er février 2010 concernant le stress et les risques psychosociaux.
Il respectait ainsi une feuille de route qu’il avait clairement engagé à l’automne et une promesse qu’il avait renouvelée, dans une interview avec Anne-Sophie Lechevallier publiée sur ParisMatch.com, le 18 février.

“Les entreprises classées en rouge seront connues de tous, elles subiront la pression de leurs syndicats et du marché. Et la liste sera actualisée chaque mois. Je suis persuadé que la transparence suffira.”

Mais à peine publiée, la liste est retirée, avec l’explication suivante, publiée sur le site travailler-mieux.gouv.fr, le 19 février :

“À l’issue de la première classification, de nombreuses entreprises classées en rouge (absence de réponse) ou en orange (plan d’action ou projet d’accord en cours mais non finalisé) ont fait part au Ministère du Travail de leurs intentions d’engager ou de poursuivre des démarches en matière de lutte contre le stress. Nous nous employons à préparer une nouvelle photographie de la situation des entreprises.”

Ainsi, malgré le succès d’une telle publication, plus d’un million de visites sur le site pour la seule journée de jeudi, le ministère a reculé devant les protestations, parfois légitimes, de nombreuses entreprises. Pour l’anecdote, on rappellera que Orange figurait sur la liste… orange.
Et pour être tout à fait complet, sachez que vous pouvez tout de même consulter cette désormais fameuse liste rouge sur Et voilà le travail, le blog d’Elsa Fayner.

@Lire :
Plan d’urgence sur la prévention des risques psychosociaux, sur travailler_mieux.gouv.fr
L’interview de Xavier Darcos, sur ParisMatch.com
Et aussi :
L’état d’avancement de la prévention du stress professionnel : du pipeau ? sur le blog David Taté Juridique

Europe
L’Union européenne se dote d’un programme de micro-crédits pour aider les chômeurs dans leurs démarches de création d’entreprise. Un budget d’environ 100 millions d’euros sur 4 ans est prévu, pour des subventions qui ne dépasseront pas 25000 euros par projet. De fait, cette décision des députés européens se situe dans la continuité d’un programme déjà en cours, le programme communautaire pour l’emploi et la solidarité ou PROGRESS initié en 2007 et qui court jusqu’en 2013.

@Lire :
Programme communautaire pour l’emploi et la solidarité – PROGRESS (2007-2013)
D’après une dépêche AFP

Parutions
Un guide et un rapport public ont retenu mon attention, tous deux sont publiés à la documentation française.

@Consulter :
Guide sur la notion d’emploi convenable dans le cadre des prestations de chômage, Conseil de l’Europe, La documentation française, 2010, 19 euros.
Rapport annuel d’activité 2009 du délégué interministériel à l’orientation, Bernard Saint-Girons, Délégation interministérielle à l’orientation (à télécharger en pdf)

En bref et en vrac
Un billet intéressant sur le blog de Seb Musset, qui présente deux visions de sortie de crise, celle de l’économiste Pierre Larrouturou et celle de Stéphane Laborde, ingénieur et entrepreneur : inconciliables ?, pas si sûr.

@Lire :
Partage du travail, création monétaire, revenu de vie : vers le big-bang économique

Un éditorial de Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques, qui “appelle des réponses sociales pour mieux indemniser les chômeurs en fin de droits”.

@Lire :
Chômage : à quand la mobilisation générale?

Leave a Comment

Mal-être au travail : le Sénat s’informe

Au mois de novembre dernier, la commission des affaires sociales du Sénat a obtenu l’autorisation de réunir une mission d’information sur le mal être au travail ; cette mission devrait rendre ses conclusions en mai 2010.

Depuis novembre donc, la mission d’information auditionne de nombreuses personnalités ; chacune de ces personnalités témoigne de son audition dans de brèves interviews disponibles sur le site du Sénat. Un fil rouge très utile qui permet de suivre l’actualité d’un phénomène qui concerne aujourd’hui la société dans son ensemble.

Il est à noter que le site, video.senat.fr, met à disposition ces interviews à la fois au format vidéo et en baladodiffusion (avec téléchargement possible au format mp3). Il vous autorise également à les partager directement sur tous les réseaux sociaux comme sur votre blog.

@Visiter :
Mission d’information sur le mal-être au travail, sur le site “video Sénat”.

Leave a Comment